Archive pour avril, 2018

La relation d’objet en psychanalyse .

La relation d’objet est déterminante pour chaque individu .

Mais d’emblée il faut nécessairement ajouter que cet objet peut être subjectif ( l’essentiel de nos relations interpersonnelles ), mais aussi objectif ( et cela se vérifie dans différents domaines de la vie psychique, que ce soit dans le fétichisme voire dans les domaines impersonnels de l’objet : dive bouteille, cigarettes ou autres ) .

Ce qui intéresse le psychanalyste ici c’est le caractère castrateur ( il faut entendre castration ici en tant que manque et non pas comme organe défonctionnalisé par castration chimique par exemple) d’une telle relation à l’objet, qui se traduit dans le quotidien de chacun par le fait qu’une telle relation est déterminante à défaut d’être nécessaire .

Cette relation ne peut se concevoir en dehors du fait que l’extériorité du sujet de l’inconscient le hante sans cesse tout le long de son devenir d’une part, et que cette extériorité implique une intersubjectivité qui nous rend dépendant les uns les autres d’autre part .

Si on ajoute à cela la peur du manque d’objet et la peur de la perte d’objet, qui conduit nécessairement à l’angoisse et donc à la castration, on voit bien que la psychanalyse va permettre de donner tout le sens de sa vie au patient, par la prise de conscience des étapes de sa vie basées sur les formes dialogiques des conditions intersubjectives qui les ont déterminées .

Agir et Créer en Conscience |
quelques petits remèdes nat... |
Parce que la terre nous a t... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | evaluationmedecin
| mesotheliomalawfirm
| cleohlala