Archive pour avril, 2015

L’altérité irréductible de l’être humain

Cette définition est la pierre angulaire de toute démarche de l’être humain à toute les étapes de son propre devenir .

Hanté par son extériorité , par le regard des autres , comme disait Françoise Dolto par  la dépendance de l’autre  .

Car elle devient le paradigme d’une certaine souffrance humaine , un avatar catastrophique de la réponse que peut apporter un sujet aux interrogations qu’il porte en lui-même sur la possibilité de sa propre définition , indépendamment d’un regard étranger , d’une détermination autre , par laquelle il est incessamment dessaisi .

Doublé par sa position intravertie , narcissique , comme Narcisse qui pleure de ne pouvoir s’aimer que dans la douleur de ne pouvoir s’étreindre , perpétué dans sa division spéculaire , l’être humain doit constamment habillé son assise , son réel , condamné comme disait Jacques Lacan à  s’y aimer  même s’il se déteste , ou  comme Serge Gainsbourg qui chantait  je t’aime moi non plus  .

Comment les religions peuvent-elles pousser les êtres humains à aimer les autres alors que chacun d’eux ne s’aime pas ?

D’une certaine manière une fin de cure analytique peut être assimilée à une cure de désintoxication , dans le sens où elle réoriente la démarche du sujet de l’inconscient dans la considération de ses semblables , vis-à-vis de moins d’addiction pour les modes .

Si l’analyse enlève les fantasmes du patient , détruit les montages dont il s’est paré tout le long de son devenir , elle doit impérativement lui montrer que ce n’est ni lui-même ni les autres qui sont responsables de ses problèmes , mais bien un flux signifiant en plein développement .

 

 

Agir et Créer en Conscience |
quelques petits remèdes nat... |
Parce que la terre nous a t... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | evaluationmedecin
| mesotheliomalawfirm
| cleohlala