• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 2 novembre 2011

Archive pour le 2 novembre, 2011

Psychanalyse et télépathie

Dans la psychanalyse lacanienne cela n’a rien de paradoxal, car on reconnaît l’interdépendance des relations humaines, comme d’ailleurs leurs solidarités.

Le bonheur des uns ferait-il le malheur des autres?

La télépathie relève du domaine de la science aussi surprenant que cela puisse paraître.

Nous avions parlé déjà du chiffre 3.

Or la télépathie serait véhiculée par le circuit du réel, à côté des deux autres registres qui rappelons-le sont l’imaginaire et le symbolique.

Nous avions dit que le symbolique était le royaume du signifiant et que l’imaginaire relevait du domaine de l’identifiant.

Le réel d’où débouche la télépathie quant à lui est le terrain de l’interférent.

Les jeux mathématiques liés aux matériaux qui les constituent,font que nous rentrons en interconnexion les uns les autres.

De là il n’est aucunément difficile de rentrer en contact les uns les autres cérébralement.

Mon expérience montre que ces interconnexions aux influences apparentes, sont très gênantes dans nos quotidiens.

Elles envahissent nos pensées éveillées ou endormies.

J’ai toujours affirmé,même pour ceux qui sont handicapés par cette situation,que le combat en vaut la chandelle.
Ce qui veut dire que plus vous êtes télépathés plus vous êtes riches intellectuellement.

Le problème des scientifiques qui s’adonnent à ce genre de pratique,c’est qu’ils ne comprendront jamais la primauté du signifiant sur le concept,en d’autres termes sa primauté sur l’identifiant et sur l’interférent.

Les psychanalystes lacaniens préféraient parler de forclusion de la castration,à l’égard de la démarche des scientifiques qui méconnaissent la suprématie de la castration.

Car le sujet de la psychanalyse est le sujet merveilleux de la castration.

Agir et Créer en Conscience |
quelques petits remèdes nat... |
Parce que la terre nous a t... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | evaluationmedecin
| mesotheliomalawfirm
| cleohlala